Romans.

"Dans les pas du fils" de Renaud et Tom FRANÇOIS avec Denis LABAYLE.

Ce livre est classé dans les récits d'aventure mais C'EST BEAUCOUP PLUS que cela! Vous le refermerez bouleversé, transformé et heureux que cela ait eu lieu. J'ai cru lire un Roman (et de qualité en plus!) Jusqu'au bout on se demande si cet ÉNORME pari va être gagné... On s'inquiète en même temps que les personages sur l'issue de ce récit chronologique plein de rebondissements. On a peur pour le père et le fils dans certaines situations inquiétantes voire dangeureuses. On se dit que cela se terminera par un drame, un accident peut-être... Il y a des moments tendus, des moments joyeux et toujours émouvants.  

Le livre est servi par la belle écriture de Denis LABAYLE*. L'auteur sait nous communiquer tous les sentiments qui habitent les personnages. Les nombreux dialogues sonnent très justes: le ton y est, la cruauté des mots nous bouscule, le langage vrai des ados résonne en nous... Ceci donne un récit très vivant qui nous tient en haleine. Les événements sont racontés à deux voix, alternativement par Tom et par Renaud. Le tout, très cohérant, permet de saisir toute la psychologie des personnages, nous entrons dans l'intimité de chacun, c'est très fort. La révélation de secrets nous trouble mais nous permet de comprendre la situation de départ... C'est un beau livre qui donne à réfléchir.Je vous en recommande chaudement la lecture

*Denis LABAYLE est un romancier qui n'écrit pas pour les autres, s'il a fait une exception c'est qu'il a compris qu'il ne s'agissait pas de raconter un voyage exotique mais de parler avec sensibilité d'une rencontre entre un père et un fils. Ceci me fait redire que c'est plus qu'un récit d'aventure ou alors, il faut préciser une belle aventure humaine! Merci d'avoir donné vie à ce livre.

 

Le ciel"Le ciel de Birkenau" de Isabelle  BLONDET-HAMON.

J'ai rencontré l'auteure au festival du livre de caractère de Quintin. Elle m'a parlé de ce roman sombre et lumineux qu'elle a écrit après le décès de son amie Mimi. Cette amie pour qui elle avait laissé mari enfants et chien...

Herta est une juive allemande, seule rescapée de toute sa famille, elle a laissé ce lourd passé à Mimi. Rongée par ce poison qu'elle a reçu en héritage, Mimi développe un cancer... Ne s'autorise pas à se plaindre car seule sa mère a souffert ! 

Isabelle BLONDET-HAMON, avec beaucoup de subtilité, évoque le parcours hospitalié de son amie en établissant un parallèle avec le parcours dans les camp d'Auschwitz et de Birkenau de Herta: c'est assez troublant et très fin...La tonte, la douche avant de revêtir une autre tenue, de prisonnière pour l'une de malade pour l' autre, deviennent autant de rituels qui les rapprochent plus que ne pouvaient le faire les mots, tandis que les stigmates laissés par la maladie rappellent évidemment l'état que l'on sait avoir été celui des populations des camps. « Afficher des stigmates aujourd'hui visibles. Fonte musculaire, maigreur spectaculaire, crâne dénudé et regard indéfinissable de ceux qui ont entrevu les rivages du Styx sans les atteindre. ».​

Nous tenons là, avec ce premier roman, une belle promesse car l'écriture est soignée et pleine de délicatesse.

A e

 

"Mémoire de fille" de Annie ERNAUX

J'ai lu dans un magazine littéraire sérieux que nous recevons là le chaînon manquant dans l'oeuvre d'Annie ERNAUX ! Bon, je ne dois pas être douée pour la découverte littéraire...

Annie ERNAUX est une grande dame de la littérature et j'ai lu presque tous ses romans. C'est une auteure que j'ai eu plaisir à lire. Dans des romans précédents, il m'est arrivé, par moments, de m'identifier à son personnage... Là, pardon, mais pour moi ce n'est pas un livre indispensable à sa panoplie! Elle écrit très bien, certes et elle est capable de faire de la littérature avec ses histoires de fesses de colonie de vacances et son expérience de vol dans les magasins. Oui, elle analyse le plaisir qu'il y a à voler sans se faire prendre... On peut tout intellectualiser. Merci bien, cela ne m'intéresse pas vraiment. Je suis déçue par ce livre.

Les critiques sont souvent dithyrambiques, certaines semblent sincères, d'autres me paraissent douteuses. On parle ici d'Annie ERNAUX et il ne faut pas passé pour un ignare qui n'a rien compris...

Quant à ces germano-pratins qui se donnent le droit de parler de classe sociale avec un mépris affiché... je me demande quelles sont leurs valeurs, je me demande qui ils sont? J'aimerais qu'ils m'expliquent... S'ils parlent de la Province c'est le pompon!!! Tiens, je m'énerve alors j'arrête ;-(( bouh. 

 

Fla

"La part des flammes" de Gaelle NOHANT.

Un livre écrit avec élégance qui nous raconte une histoire vraie et bien documentée: l'incendie du Bazar de Charité. Nous sommes dans le milieu hyper bourgeois de la fin du 19ème siècle, nous découvrons la face cachée de ces gens "bien", leur vénalité, leurs mesquineries mais à l'inverse nous assistons aussi à de belles rencontres et de belles histoires d'amour, d'amitié de fidélité.
La plongée dans un hôpital psychiatrique de l'époque fait froid dans le dos car elle est particulièrement bien documentée. Je dirais que c'est un roman très plaisant.

 

Envoyee

"Envoyée spéciale" de Jean ECHNOZ.

On sent bien que l'auteur a eu du plaisir à écrire ce roman!, il nous le communique... C'est plein d'humour et jamais vraiment sérieux mais on a le bonheur de lire une très belle écriture. Par moment c'est surréaliste, un peu bâclé et "foutrak" mais on en redemande... Il y a des scènes incroyables et pour peu qu'on les visualise c'est à éclater de rire.

J'ai aimé me laisser surprendre par cette fantaisie (je n'ai pas dit que c'est LE roman de l'année mais ça m'a plu!)

 

Capture d ecran 2015 08 09 a 15 23 10"Léon et Louise" de Alex CAPUS.

Le roman commence par la cérémonie des obsèques de Léon Le Gall à N.D de Paris. Survient une petite vieille énergique qui vient donner un baiser au mort et quitte les lieux en toisant la famille!!! La suite nous conte la vie de ce Léon en ce début de XXéme siècle à Paris, tristement banale car la vie est bien souvent banale et faite d'occasions ratées. On en suit le cours imposé, sans vouloir forcer le destin, par honnêteté, par respect, par fidélité. Une petite histoire plaisante qui montre bien l'ambiance de la capitale dans les années 40 avec des détails qui nous informent quant à certaines institutions.

 

Je danse"Et je danse aussi" de Anne-Laure BONDOUX et Jean-Claude MOURLEVAT: Un roman "épistolaire" qui fait du bien, tant il est rempli de petits bonheurs!

Merci, Clairette, de m'avoir fait découvrir cette petite pépite.

Un homme et une femme s'écrivent des mails alors qu'ils ne se connaissent pas... Ceci permet de tout dire: la vérité crue, des pensées profondes  ou, même,  des petits mensonges qui embellissent la réalité...  L'autodérision est de mise et on se régale. (Il y a même une réflexion sur le style littéraire.)

L' écriture est vivante, pleine d'humour et de sincérité. L'histoire qui se dessine est émouvante, humaine, sensible en conservant un caractère positif qui rend le livre optimiste. Un vrai petit bonheur à déguster sans modération, c'est léger mais pas idiot du tout, c'est bien vu: on en redemande... Les personnages secondaires sont, eux aussi, très drôles et très attachants. 

 

Capture d ecran 2015 08 09 a 10 51 16"L'île du serment" de Peter MAY.  AH! Vraiment cet auteur me plaît autant que ses îles...

Cette fois nous partons sur les îles de la Madeleine! Mais, ne vous y trompez pas, nous restons encore et toujours bien en Écosse... Nous retrouvons cette odeur de tourbe et ces tempêtes violentes près d'une mer hostile et déchaînée sur laquelle nous n'hésitons pas à embarquer pourvu que le capitaine soit Peter MAY.

L'auteur réussit à raconter deux histoires différentes mais intimement mêlées. Les personnages ont, comme toujours avec Peter MAY, une profonde épaisseur psychologique . Nous les connaissons, nous les aimons, nous sommes en totale empathie... Leur humanité me touche beaucoup. L'intrigue policière ne sert que de prétexte à raconter la vie de cette population déplacée (en passant nous assistons à cette ignominie commise par les Anglais au XIXéme siècle en Écosse avec l'aide des chefs de Clans...) Pour le reste c'est un joli conte!

Capture d ecran 2015 08 09 a 16 31 57"La chambre 2" de Julie BONNIE. Un hommage poignant au corps des femmes, et un regard impitoyable sur ce qu'on lui impose.

Il s'agit de la maternité: à la fois le fait de donner la vie et l'établissement dans lequel cela se passe. L'auteure, qui est réellement puéricultrice a mis en mots tous les maux et toutes les souffrances de la maternité et pas seulement la souffrance physique de l'accouchement.

"C'est un livre de deuils et de renaissances" expression que j'emprunte au journal  Le Monde et qui, à mon avis, résume parfaitement ce livre sensible à ne pas mettre entre toutes les mains (du moins pas à n'importe quel moment de la vie d'une femme.)

Capture d ecran 2015 08 09 a 16 51 48"Au bord des grèves" de Marie Le GALL

J'avais tellement aimé "La peine du menuisier", son premier roman, que Michel s'est empressé d'aller à une séance de dédicasse de Marie Le GALL pour m'offrir ce livre. J'ai apprécié le début, moment où on prend possession des lieux (une plage de Bretagne!) et où on rencontre les personnages. Et c'est tout, je n'ai pas su goûter les rencontres et les réconciliations. J'ai prêté ce livre à une amie qui l'a beaucoup aimé.

 Avez-vous constaté comme je suis passée de BONNIE à Le GALL? Ceux qui me connaissent très bien comprendront!  ;-)

Capture d ecran 2015 08 09 a 16 07 02"Le livre du Roi " de Arnaldur INDRIDASON Un sujet remarquable mais un livre un peu difficile à digérer!

Cet auteur que j'ai tellement apprécié dans ses premiers polars ne m'a pas tellement passionnée dans ce roman. Il y a pourtant une intrigue intéressante mais je pense que le rythme des déplacements divers ne me convenait pas. Je n'ai pas ressenti cette atmosphère qui me plaît tant dans les précédents romans... Est-ce parce que l'action se passe en partie ailleurs qu'en Islande? Je ne saurai trop dire... C'est tout de même un très bon livre.

 

Capture d ecran 2015 08 09 a 16 29 22"Peste et Choléra" de Patrick DEVILLE. Encore un livre excellent!

Lire ce roman c'est comprendre comment on trouve des vaccins, c'est rencontrer des chercheurs qui ont existé (Alexandre Yersin) et qui ont l'étoffe de héros romanesques, c'est voyager en Asie et déffricher des terres inconnues. C'est enthousiasmant et très édifiant.

Merci Patrick DEVILLE de faire connaître ce bienfaiteur de l'humaité, personnage fantasque, touche-à-tout et plein d'énergie 

 

Capture d ecran 2015 08 09 a 17 16 10"Le problème Spinoza" de Irvin YALOM. Oui, pour l'obscurantisme, Spinoza EST un problème en effet.

L'auteur n'est pas un écrivain au sens habituel du mot, c'est un grand psychanalyste américain. Ici il nous livre une double biographie croisée, celle de Spinoza et celle de Arthur Rozenberg, cet infâme idéologue nazi. Le livre pose des grandes questions philosophiques telles que l'immanence ou le déterminisme... La part de psychanalyse n'est pas absente.

Rosenberg, et c'est un fait réel, fit confisquer la bibliothèque de Spinoza après l'invasion des Pays-Bas. Dans le rapport écrit à cette occasion, il est fait référence à un "Problème Spinoza".  C'est de ce mystérieux problème qu'est née l'idée de ce roman. Basé sur des réalités historiques ce genre de roman est tout à fait édifiant:  MERCI Maude de me l'avoir mis sur mon étagère.

 

Capture d ecran 2015 08 09 a 15 55 54"L'arbre de vies" de Bernard CHAMBAZ. Un roman historique passionnant qui reçut le Goncout du premier roman en 1993.

L'auteur nous parle d'une famille qui a réellement existé en Auvergne pendant la Révolution de 1789. Le père, avocat des pauvres, est acteur de la vie politique à Paris (je garde le secret de son nom). Bien entendu il croise de nombreux personnages célèbres et bien entendu, comme eux, il finira sur l'échafaud... C'est très bien documenté et très bien écrit par cet auteur qui est historien et professeur au Collège de France. L'histoire se passe sur trois générations et nous découvrons la réalité de cette époque, vue au début par un enfant. C'est un excellent document qui se lit avec le plaisir que l'on éprouve à lire un bon roman. Dans «L’arbre de vie », il y a ce va-et-vient entre une mémoire collective et une mémoire individuelle (mémoire également de la maison qui est elle-même est un personnage axial du livre, personnage qui traverse le temps).
 

Capture d ecran 2015 08 09 a 17 58 56"Le père de la Petite" de Marie Sizun. Un livre écrit pour moi... et qui m'a bouleversée.

Je me demande comment l'auteure peut écrire une telle histoire si ce n'est pas la sienne... Comment se débarrasser des non-dits destructeurs si ce n'est en écrivant? C'est parfaitement bien écrit. Les mots claquent parfois comme des gifles ou pleurent et gémissent ce qui nous offre un roman parfois un peu dur à lire mais toujours très émouvant.

Ces sentiments et ces réflexions qu'elle prête à la Petite nous indiquent bien combien l'enfant est sensible et intelligente. Il ne faut jamais minimiser la capacité intellectuelle des enfants.

Capture d ecran 2015 08 09 a 15 01 58"Dans les veines ce fleuve d'argent" de Dario FRANCESCHINI.

"Primo abandonne son quotidien, part à la recherche de son ami et s'en retourne sur les sentiers de sa jeunesse. Il longe le Pô, fleuve puissant, sournois, y rencontre toute une fratrie de gens qui lui ressemblent, simples, droits, durs au labeur. Ils sont pêcheurs d'esturgeons, lavandières, passeurs, bateliers, aubergistes. Tous confient au fleuve leur force de travail et des tonnes de souvenirs, tristesses et regrets..." Voici un roman dont j'ai aimé le rythme lent et l'ambiance apaisante. J'ai apprécié le paysage également, c'est un livre dans lequel on prend le temps et on se sent bien tout simplement.

Capture d ecran 2015 08 09 a 14 49 18"Les invasions quotidiennes" de Mazarine PINGEOT

Le personnage de Joséphine a 38 ans, deux enfants et vient de divorcer: autant dire qu'il s'agit de Mazarine PINGEOT elle-même. Ce petit roman qui se veut léger peint avec "humour" la vie de cette bobo très parisienne. Beaucoup se reconnaîtont car c'est le lot de cette génération de vivre ainsi. Pour ma part je ne suis pas certaine d'apprécier le thème. Cette auteure, que je lis pour la première fois, ne m'a pas convaincue mais je vais tout de même lire son "bouche cousue" prochainement.

Reparer"Réparer les vivants" de Maylis de KERANGAL: un chef-d'oeuvre!

Ce livre parle de la Vie, de la Mort et du Don. il est servi par une écriture remarquable et une enquête minutieuse en milieu hospitalier. C'est un véritable plaidoyer pour le don d'organes. Une décision importante, intime à prendre dans la violence de la situation... Ce livre bouleversant nous remue forcément et nous poursuit longtemps... Merci Madame de Kerangal.

 

Capture d ecran 2015 08 09 a 13 58 00"Au revoir là-haut" de Pierre LEMAÎTRE. Encore un livre qui fait référence à la guerre 14/18. (Et encore un livre que Chantal m'a prêté bien avant qu'il n'ait le prix Goncourt!)

Le propos est bien différent de celui de J.C Rufin (ci-dessous) mais c'est encore un livre qui permet de réfléchir et qui est informatif même si l'auteur se targue  de n'être pas dans la réalité... C'est un fond de vérité dans un décor allégorique.

Si on entend le second degré on sent ce que pense l'auteur de notre société en général.

Le c r"Le collier rouge" de Jean Chritophe RUFIN. Un récit émouvant, humain, bouleversant.

Nous n'apprendrons qu'à la fin du récit ce qui s'est passé pour que ce poilu se retrouve en prison... Quelle est l'importance du chien dans cette histoire sur fond de première guerre mondiale?  L'auteur nous donne à réfléchir sur la question de l'identité, de la paternité, de la fidélité et bien entendu sur le problème de la guerre: qui est l"ennemi? qui est en face de moi dans l'autre tranchée? à qui profite tant d'horreur?

RUFIN réussit ici un très beau roman, tout en subtilité, il nous interroge avec finesse et intelligence. Un conseil: courez vous  le procurer!

Un grand MERCI à Chantal de m'avoir proposé cette lecture... (ainsi que les deux qui suivent).

Etrangere"L'étrangère aux yeux bleus" de Youri RYTKHÉOU raconte l'histoire d'une jeune fille russe, ethnographe qui vient étudier la population tchouktche.

Elle arrive près du détroit de Bering et épouse un jeune Tchouktche. Elle nomadise avec la famille et découvre la culture de cette population. Les rites et les coutumes l'étonnent (elle et le lecteur) elle note tout dans un cahier pour écrire plus tard sa thèse.

C'est l'occasion pour le lecteur de plonger dans un univers totalement inconnu et pour l'auteur (Tchouktche lui-même) c'est le prétexte pour faire découvrir son peuple et sa culture. 

C'est un voyage intéressant et édifiant.

Mankell"Un paradis trompeur" de Hennig MANKELL. 

MANKELL est de ces "auteurs du grand nord" que j'affectionne tout particulièrement.  Ici, bien que le roman commence dans ce décor froid habituel, nous arrivons assez vite en Afrique... L' histoire est riche en rebondissements, elle est extra-ordinaire et elle permet surtout à l'auteur de nous donner à penser sur les relations humaines et sociales... Il est question de peur de l'autre, de racisme, de ségrégation, de haine, d'injustice, d'incapacité à s'intégrer et à comprendre l'autre. C'est un roman qui ne laisse pas indifférent, qui est bien écrit et qui nous fait réfléchir car il remue des idées toutes faites... (Je trouve que la couverture du livre l'illustre parfaitement bien!)

 

 Sardine"Un Océan d'Amour" c'est une BD réjouissante que je vous recommande, la Bretonne que je suis s'est régalée!

Nul besoin d'être Bigoudène pour suivre ce périple.

Nul besoin de savoir lire pour apprécier cette histoire muette qui en dit long!

 

Peter may

"L'homme de Lewis" de Peter MAY.
Ce roman est plus ou moins la suite du roman dont j'ai déjà parlé avec enthousiasme et qui s'intitule "L'île des chasseurs d'oiseaux."

Dès les premières pages on est séduit. On retrouve avec bonheur les personnages du précédent livre et on ne veut plus les laisser...

 

 

 

Capture d ecran 2015 06 27 a 17 18 57"Les chutes" de Joyce carol OATES.

Un livre dense dans lequel les nombreux personnages sont tous plus tourmentés les uns que les autres... L'auteur nous dépeint leur psychisme de manière trés ciselée. Ariah, la mère, a une personnalité plurielle: elle est à la fois naïve, aimante, émouvante, sordide, autoritaire, futile et manipulatrice. 

L'histoire commence lentement et de manière étrange, avec des sous-entendus puis les événements se précisent et s'accélèrent. Certaines digressions n'apportent pas grand chose. Le roman se termine sur de nombreuses questions, nous restons sur un flou car l'auteur nous manipule nous aussi.
Les thèmes abordés concernent l'industrialisation, la pollution, la corruption, la justice bafouée. Les plus faibles sont exploités avec cinisme par les puissants.
C'est un roman très riche et qui nourrit la réflexion (bien qu'on puisse y lire, tout simplement, une caricature de la société américaine.)

Dora "Dora Bruder de Patrick MODIANO. 

Ce livre n'est pas vraiment un roman, il s'agit plutôt d'une enquête menée par l'auteur. Suite à la lecture d'un avis de recherche dans un vieux journal de 1941, l'auteur se met en quête de cette jeune Dora qui a disparu (elle aurait fugué semble-t-il). Il y a dans ce livre TOUT ce qui fait Modiano: on déambule dans Paris, un Paris du passé, celui que l'auteur affectionne tellement... On déambule également dans la mémoire, la mémoire collective, la mémoire de l'auteur, la mémoire de Paris, la nôtre... L'enquête est menée avec la rigueur d'un généalogiste, c'est passionnant. C'est un livre qui donne envie de lire les autres romans de Modiano. Ce que j'ai fait avec Pedigree.

"Pedigree" de MODIANO

"J'écris ces pages comme on rédige un constat ou un curriculum vitae à titre documentaire et sans doute pour en finir avec une vie qui n'était pas la mienne..." Avec ce petit extrait vous sentez bien qu'il s'agit ici d'une autobiographie et non d'un roman mais à l'épaisseur du livre on sent bien que nous ne lirons ici qu'une partie de l'enfance ou de l'adolescence de l'auteur. Ce qui peut gêner le lecteur c'est ce récit sans émotion, très distancié (sans doute une protection que l'auteur a su se construire) Ceci-dit le style est bien présent, tout en retenue et en pudeur: extrêmement touchant (à mon goût)

Fenetre "La fenêtre des ROUET"  de SIMENON

Je n'avais jamais lu de Simenon: je peux dire que je suis séduite par l'écriture et par l'histoire. Cette pauvre fille, Dominique, célibataire et vieille à trente ans vit par procuration. En face de chez, elle il y a une famille bourgeoise qu'elle épie, à côté de sa chambre vit un jeune couple plein de vitalité . Le roman se passe dans un quartier de Paris soigneusement décrit. L'art de l'auteur nous permet de ressentir tout ce qui se passe dans le coeur de Dominique. Les personnages sont très intéressants.

Capture d ecran 2015 08 09 a 11 18 39"L'île des chasseurs d'oiseaux" de Peter MAY

L'auteur est un écrivain écossais, bien placé pour nous parler de lîle de Lewis, lieu où il situe ce roman policier. Une enquête est menée par l'inspecteur MacLeod né sur cette île où il n'a pas mis les pieds depuis dix ans au moins... Les personnages du roman ont de l'épaisseur, ils sont tous très intéressants, ils nous traînent et nous entraînent... Nous ne pouvons arrêter de lire pour en savoir plus et encore plus jusqu'au bout. IL y a là une vraie belle histoire (même si elle est d'un noir très sombre...)

 Pere"Un père pour mes rêves" deAlan DUFF.

Alan DUFF est un auteur de Nouvelle-Zélande qui nous parle ici de la difficulté d'être un enfant né d'une liaison de sa mère maorie avec un soldat américain de passage... C'est un livre remarquable qui mêle la petite histoire à la grande. C'est un roman qui nous parle de différentes sociétés et qui prend une valeur de témoignage. Il me semble qu'il y a une grande part de vécu ici et cela rend le roman très émouvant. L'écriture est sauvée par l'émotion et par la puissance de ce roman d'une profonde humanité.

Les thèmes de l'exclusion, du racisme, de la quête d'identité sont ici évoqués. Ce sont des thèmes qui me touchent tellement... 

 

"Les larmes noires de Mary Luther" de Anna MATTHEW.

J'ai beaucoup aimé, c'est un roman qui fait beaucoup pensé à "La couleur des sentiments" car il traite de la même question.

 

Chemin des ames"Le chemin des âmes" de Joseph BOYDEN.

Un livre MAGIFIQUE! Joseph BOYDEN est un auteur canadien qui nous raconte ici le choc entre deux univers. Un soldat rentre de la guerre 14/18 il est gravement blessé, c'est un indien Cree qui s'était engagé. Quelqu'un l'attend à la gare ... Un "voyage" étonnant nous mène alors jusque la fin du livre. C'est plein d'images, de poésie et d'horreur... Je vous recommande ce roman que j'ai A-DO-RÉ . 

 

"Nô et moi" de Delphine de VIGAN.

J'aime l'écriture de Delphine de Vigan, j'avais beaucoup aimé son roman intitulé "Rien ne s'oppose à la nuit". Ici c'est un roman très différent, c'est l'histoire d'une jeune fille très douée qui vient en aide à une autre jeune fille, une ado SDF. 



"Le chagrin" de Lionel DUROY.

Un vrai "torchon" ce livre! Je serai bien incapable d'en conseiller la lecture à qui que ce soit... Lionel DUROY veut laver son linge sale: qu'il le fasse sans nous mêler à ses histoires.

"L'armoire des robes oubliées" de Rikka PULKKINEN.

Encore une histoire de femmes ! De mère en fille, une histoire de famille et je suis cliente: j'ai bien aimé... Il est encore question d'un secret puisque cette robe qui n'est celle d'aucune femme de la famille, à qui appartient-elle? Ici j'ai tous les ingrédients qu'il me faut et en prime une auteure venue du grand nord...

 

 Contour"Contours du jour qui vient" de Léonora MIANO.

Dans un pays d'Afrique, une petite fille est jetée à la rue (par sa mère devenue veuve) au prétexte que cette enfant est une sorcière... Les différentes rencontres (heureuses et malheureuses) sont évoquées avec un réalisme qui fait froid dans le dos ! L'auteure, est sans concession avec son continent d'origine mais le roman est chargé d'un immense espoir de changement.

Le livre parle de la réalité des enfants abandonnés, enrôlés et "utilisés" dans une Afrique maltraitée. Il évoque aussi le problème des sectes et des croyances ancestrales. C'est aussi le roman de la difficile relation mère-fille et la question du pardon: un roman très riche, très noir qui laisse des traces... et un peu d'espoir? 

 

"Rosa Candida" de  Audur Ava ÓLAFSDÓTTIR. 

(à venir)

"Rien ne s'oppose à la nuit" de Delphine De VIGAN.

Ce "roman" n'en est pas un, c'est l'auteure qui l'écrit. C'est la réalité racontée par une romancière... Un livre bouleversant qui réveille nos blessures.

D. De VIGANL'adulte que nous devenons s'est construit avec des exigences, des expériences joyeuses ou malheureuses voire douloureuses. La mère de l'auteure n'a guère été épargnée et ses filles ont été "éclaboussées" par ses fêlures. L'enquête menée par Delphine De Vigan auprès de tous les membres de sa famille, les enregistrements écoutés et réécoutés sans relâche montrent assez que l'écriture de cet ouvrage était, pour elle, une question de survie après le décès de sa mère. 

Cette description d'une famille nombreuse donne à réfléchir sur la place de chaque enfant  dans la fratrie et sur les conséquences de certains choix (adoption après la mort d'un des enfants...) La question du suicide est omniprésente et obsédante... Voici un livre qui nous parle de la vie et de la mort, un livre qui m'a beaucoup émue! 

 

"Indignation" de Philip ROTH. 

Dans ce roman l'auteur aborde des thèmes qui lui sont chers:philip Roth

  • les relations difficiles au sein d'une famille juive.
  • la religion et les tabous.
  • la sexualité.
  • la mort.
  • la description d'une Amérique hypocrite et puritaine.

Le personnage, Marcus, est en butte à la tyranie des conventions morales, religieuses, communautaires et sociétales imposées par l'Université Américaine... L'histoire se déroule sur fond de guerre de Corée.

 

"L'Homme est un grand faisan sur terre" de Herta MÜLLER.

C'est un livre qui surprend tant par son fond que par sa forme: une famille allemande cherche à quitter la Roumanie et a besoin de documents administratifs pour ce faire. Le prix de ces documents doit se verser "en nature": comprenez que le meunier doit offrir des sacs de farine (mais sa fille, que doit-elle offrir?).9782070382385.jpg

Le style est très personnel à Herta Müller, les phrases sont très courtes, juxtaposées, fragmentées. On a l'impression que l'auteure nous distille des petites informations en vrac et c'est le lecteur qui recompose l'histoire.(un peu comme ces tableaux déstructurés que l'oeil recompose grâce à toutes les informations!). Globalement les personnages sont frustres, l'atmosphère pesante et tout cela donne à lire un livre que j'ai beaucoup apprécié!!!

 

"La Convocation" de Herta MÜLLER.

la-convocation.jpg     Encore une histoire qui s'enracine dans ces années sombres de la Roumanie. Ici, il est question d'une femme qui se rend, en bus, au bureau de l'homme qui la convoque régulièrement (depuis qu'on a trouvé les papiers qu'elle glissait dans les poches de vêtements de luxe qu'elle confectionnait pour une marque italienne). L'auteure nous peint la douleur de rester dans ce pays où il n'est même pas permis de rêver partir... La narratrice évoque son mariage raté, sa vie, son travail, ses amies et collègues ouvrières. Un texte noir, un univers clos, une atmosphère oppressante.

 

"Station atomique" de Halldor LAXNESS.

books-1.png     Ce roman (qui date un peu) nous parle de l'Islande, de ses habitants et de son gouvernement sur le point de "vendre" le pays aux Américains. C'est raconté à travers l'expérience d'une jeune paysanne venue à la ville pour apprendre à jouer de l'harmonium. Elle est employée de maison chez des "puissants" et, grâce à ses rencontres, naît en elle une conscience politique: c'est très intéressant. Certains personnages, peints avec humour, sont surréalistes ce qui donne au livre une tonalité particulière que j'ai grandement appréciée.

 

"Baguettes chinoises" de XINRAN.images.jpeg

Voici un livre qui nous parle d'une société que nous connaissons mal. À travers l'histoire de trois jeunes filles qui ont quitté leur campagne pour venir, en ville, gagner un peu d'argent l'auteur nous livre la vie quotidienne en Chine. Ce n'est pas à proprement parler "un roman", c'est plus certainement une chronique ou un témoignage mais cela n'enlève rien au plaisir de lire cette histoire qui nous apprend beaucoup.

 

"La Grand-Mère de Jade" de Frédéric DEGHELT. 9782742780396.jpg

Ce livre nous raconte une relation, que nous rêvons tous d'avoir, entre Jade et sa Grand-mère Mamoune. Une vieille dame qui aurait le courage d'être heureuse, d'être vivante, d'aimer... Ne pas réduire les personnes à leur âge et se méfier des préjugés, voilà aussi l'un des aspects du roman.
 

Le secret de cet enthousiasme ne se trouverait-il pas tout simplement dans les bibliothèques ? C'est un livre qui parle de la passion pour la lecture et du bonheur de lire! L'auteur nous révèle l'un des pouvoirs des livres...

 


"Le grand voyage" de Jorge SEMPRUN.

C'est un travail sur la mémoire que Semprun accomplit dans ce livre. Le vivant est destructeur, le vivant emportera la mémoire du lieu du camp, les ronces et les herbes vont emporter le camp, il restera la mémoire humaine...

Semprun nous fait part de ses choix de vie: c'est un homme de conviction, de resposabilité et d'engagement il refuse la bonne conscience ignorante (on nie ce qui dérange) il refuse la soumission et lutte pour l'Humain qui est en nous: digne, responsable, libre.

L'auteur utilise un mode de narration très intéressant entre discontinuité et répétition. Comment raconter cet ensemble de souffrances? Ici, les strates temporelles sont intimement mêlées et cassent les normes du récit académique chronologique. C'est un téléscopage qui demande au lecteur de réajuster les temps du récit afin de reconstruire cette partie de la vie de Jorge Semprun.

 

"Périgrinations d'une Paria" de Flora TRISTAN.

Flora TRISTAN (1803-1844) occupe une place particulière dans la littérature, c'est une enquêtrice et militante sociale qui rédige des ouvrages destinés à l'émancipation du prolétariat. 

 Ici, il s'agit du récit intelligent, vivant et coloré de la vie de Flora, partie, en quête de ses racines paternelles, au Pérou.

Au lendemain de sa publication les autorités devaient brûler l'ouvrage sur la place d'armes à Lima !!! En effet, ce livre fixe la ligne de combat des femmes et des Péruviens en leur désignant clairement la voie de l'émancipation. J'ai apprécié ce témoignage sincère et émouvant d'une femme "culottée".

 


 

"La couleur des sentiments" de Kathryn STOCKETT.

Ce roman américain traite de la question des lois raciales dans les États-Unis des années 60. L'histoire se passe dans le Mississippi et nous avons, largement développé, le point de vue de ces "bonnes noires" employées par des bourgeoises blanches. Le roman est intéressant car les personnages ont de "l'épaisseur". Il s'agit de femmes très différentes qui nous font part de leurs regards sur leur situation. L'auteur nous pousse à réfléchir, bien sûr et c'était évident, à la question raciale mais aussi tout autant à la question sociale. C'est un roman dont je recommande la lecture, il nous indigne et nous fait réagir, on voudrait "rentrer"(littéralement) dans l'histoire pour aider au changement de ces lois révoltantes... L'auteur a su conjuguer le sérieux et l'humour voici donc un livre drôle et émouvant. 

 


 

"Pas facile de voler des chevaux" de Per PETTERSON.

Un roman norvégien que j'ai, finalement, moyennement apprécié. Disons que les trois premiers chapîtres m'ont procurée une certaine curiosité mais je suis restée sur ma faim, je n'ai pas été surprise par la suite de l'histoire alors que je pensais qu'un rebondissement allait relancer le rythme et l'intérêt. Je dois tout de même admettre que j'ai aimé l'odeur de résine des chalets d'alpage, j'ai respiré le parfum des bois et j'ai entendu couler cette jolie rivière... 

Je n'ai pas été bouleversée par les réminiscences du narrateur au soir de sa vie (comme me le promettait la quatrième de couverture). Par contre, j' ai réalisé que, moi-même, je me trouve au soir de ma vie... je me croyais au moment du goûter!!!

 

 


 

"Pour qui sonne le glas" d' Ernest HEMINGWAY.

Oui, je veux bien déclarer avec vous que ce n'est pas une nouveauté!  Et alors? Il n'est jamais trop tard pour lire un tel roman. Cet hommage au peuple espagnol est un roman qui pose la question de la guerre. La guerre peut-elle se justifier? La question de l'engagement se pose aussi. Celui qui fait la guerre, car il pense que sa cause est juste, a-t-il le droit de tuer? Quel sens donner à l'obéissance aux ordres? Quelle vie vaut d'être vécue et quelle est l'importance de la durée de cette vie???

 BON, j'arrête là, vous avez déjà lu ce roman et vous avez réfléchi à ces questions d'ordre philosophique... Moi, ça me passionne de me poser des questions et je sais que dans toutes mes lectures je trouve matière à réfléchir (je pense même que c'est un peu pour cela que je lis et quand je peux partager mon plaisir et mes découvertes c'est encore mieux!

 


 

"Train de nuit pour Lisbonne" de Pascal MERCIER.

train.jpg

 

 

Un bon conseil: sautez sans réfléchir dans le premier train de nuit pour Lisbonne et partez à la découverte de ce poète, médecin, philosophe, qui a résisté contre la dictature de Salazar: un personnage magnifique... Suivez ce très érudit professeur de langue ancienne, il va vous guider pour faire des rencontres surprenantes.  

 

 


 

"Hypothermie" de Arnaldur Indridason.

hypothermie.gif

 

 

Arnaldur est un de mes auteurs préférés  mais là, je suis très déçue, obligée de dire que je n'ai pas pris le même plaisir que d'habitude... J' ai eu l'impression que l'inspiration lui manquait alors il nous parle de tout et de rien et surtout de ce que nous savions déjà (puisqu'il en a déjà parlé dans d'autres romans!).

Bon, je suis ravie que la fille son personnage aille mieux, mais c'est un peu juste comme satisfaction. Pour le reste: il s'agit d'un suicide qui n'en est pas un , d'une enquete qui n'en est pas une, d'un coupable qui ne sera pas puni...

De ce roman j'ai envie de dire "je vous ferais bien une omelette au lard si j' avais des oeufs mais comme je n'ai pas de lard "... !

 


 

niki.jpg

 

"Niki, l'histoire d'un chien de Tibor Déry.

C'est le seul roman de cet intellectuel hongrois qui ait été traduit en français. L' auteur parle d'une famille qui s'est attachée à un chien et c'est pour lui le prétexte à nous dire ce qui se passe dans son pays (dans les années 50)... Nous voyons, à travers cette histoire, la vie quotidienne en Hongrie sous un régime autoritaire. Le maître de Niki sera arrêté de manière arbitraire, comme l' a été l'auteur lui-même (c'est assez dire s'il sait de quoi il parle...)

C' est un livre documentaire, mais pas seulement, car Tibor Déry nous parle d'une famille attachante, émouvante, résistante avec des personnages qui ont du corps


 

"Les fleurs de lune" de Jetta Carleton.fleur.jpg

Commençons par cet extrait du livre: nous sommes à la page 22  et c'est certainement ce qui m' a donné envie de lire ce roman...

"Mes soeurs et moi venions les voir à la ferme. Nous arrivions chaque été (...). Pour moi, et dans une certaine mesure pour mes soeurs, ces visites étaient un peu comme l'impôt sur le revenu : une corvée annuelle à laquelle on ne pouvait échapper. Il y avait tant d'autres façons dont nous aurions pu passer ce temps. Mais, si vieux qu'ils fussent, nos parents étaient encore le gouvernement. Ils levaient l'impôt et nous le payions".

Ne vous étonnez pas si je vous dis que j' ai souffert avec ces parents. Ils ont élevé leurs quatre filles dans une ferme du Missouri, au début du XXème siècle (loin de moi dans l'espace et dans le temps!). L'éducation qu'ils ont choisi de leur donner était basée sur la crainte de Dieu et un code sévère à respecter (toujours loin de moi!). Ceci ne m' a pas empêchée de comprendre leur chagrin leurs déceptions et leur douleur. Ils ont fait du mieux qu'ils pouvaient... Ils n'avaient pas pensé que les orientations choisies par les enfants ne coïncident pas nécessairement avec les aspirations des parents!

 J'ai aimé ce livre à plusieurs titres:

  • cette immersion dans l'Amérique profonde. 
  • cette émancipation des jeunes femmes qui ont des personnalités différentes mais des caractères bien trempés.
  • ces parents qui croyaient qu'une éducation religieuse évitait les surprises...
  • et l'amour qui cimente malgré tout cette famille!   

Bien que  le mot "rires" arrive dans le texte à chaque instant j' ai trouvé ce roman empreint d' une grande tristesse...

 

 

 


 

 

"L'année brouillard" de Michellle Richmond.annee-brouillard-1.jpg

      Une petite fille disparaît par un matin brumeux sur une plage  de San Francisco, elle était sous la surveillance d'Abby, une photographe professionnelle. Les recherches s'organisent et l' auteur nous montre bien comment l'espoir de retrouver l'enfant s'étiole jour après jour... Ce qui m' a touchée dans ce roman c'est, bien sûr, toute la douleur de la disparition mais aussi  et surtout l'interrogation posée à propos de la mémoire. Comment fonctionne notre souvenir d' un événement? Quelles sont les images que nous enregistrons? Pourquoi tel ou tel détail? Comment retrouver la juste succession des instants?

 


 

"La solitude des nombres premiers" de Paolo Giordano.

          Ce premier roman de Paolo Giordano (qui prépare un doctorat en physique théorique) a eu un grand succès en Italie puisqu'il a été couronné de prix prestigieux... L'histoire de ces deux personnages qui se sentent exclus de la société nous pose questions! Ils refusent de faire partie de ce monde, refusent de communiquer (y compris avec leurs parents). Pourquoi ne réussissent-ils pas à accepter l' amour ou l'amitié des autres? D'où vient cette incapacité à cueillir les moments heureux qui se présentent? De quoi cherchent-ils à se protéger? De quoi souffrent-ils?

          L'auteur ne donne pas de réponse à mes questions mais j'avoue que j''ai aimé cette rencontre. Alice et Mattia, les deux personnages de ce roman, me semblent à la fois fragiles et puissants, ils m'ont troublée.

 


"Le goût des pépins de pomme" de Katharina Hagena.

           Une histoire de femmes sur trois générations. Iris hérite de la maison de sa grand-mère et à partir de ce jour, les souvenirs surgissent. La mort de la cousine, la maladie de Bertha, les secrets du grand-père... On peut être touché par ce genre de roman mais, pour ma part, j'ai à peine apprécié. Tout est prévisible, on n'est jamais surpris. La grand-mère malade est cepandant décrite avec un réalisme qui met mal à l'aise .

 

 

 

 

 

 


 

"Country Blues". de Claude Bathany.

         Les enfants Argol sont complètement "chtarbés"*, ils vivent sans amour dans une vieille ferme des monts d'Arrée. A priori je n'avais pas envie de fréquenter ces personnages violents qui se haïssent, je n'avais pas envie de traîner dans ce lieu "qui pue le méthane non-stop toute l' année" près d'une distillerie en ruine... et pourtant, miracle de l'écriture de Claude Bathany, j'ai fini par trouver cette famille très attachante ! Son histoire est tout simplement bouleversante et... très surprenante. Voici un excellent roman noir.

* chtarbé est le mot utilisé par l'auteur, je le trouve très significatif.

 

 


 

"Par un matin d'automne". de Robert Goddard.

 "Ce qu'on pourrait prendre pour un banal adultère de temps de guerre cache en fait une étrange histoire, faite de secrets de famille sur lesquels plane l'ombre d'un meurtre jamais résolu et où chaque mystère en dissumule un autre. "

 Ce seul commentaire, sur la quatrième de couverture, a aiguisé ma curiosité. J'AI PRIS UN GRAND PLAISIR à la lecture de ce livre qui vous tient éveillé(e) jusqu' au petit jour... L'auteur nous manipule d' une main de maître (comme le dit Stefen King). C'est une belle histoire à l'atmosphère digne des plus grands romans anglais, c'est un roman policier, c'est une reconstitution historique, c'est un excellent roman,à lire sans hésiter!

(Vous trouverez ce livre paru en folio n°32050.)

 


  " L'enquête" de Philippe Claudel.

 

   Je n' ai pas vraiment accroché. Bien sûr j' ai compris l'intention de l'auteur mais cet univers "à la brasil" ne m' a pas convaincue. Ce n'est pas ce que j' attendais de Philippe Claudel. Le fond me plaît mais j' ai un peu de mal avec la forme... Trop surréaliste peut-être pour être crédible?

Même s'il est vrai que le monde du travail est devenu à ce point: incroyable de bêtise

 
  "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee.

CHOISISSEZ CE ROMAN , vous ne le lacherez pas tant que vous n'aurez pas lu la dernière page. C'est un livre qui vous envoûte, qui vous rend heureux. Une superbe histoire racontée avec gravité et humour. Il est question de dignité, de respect, de justice...

 Je suis dithyrambique car c'est un roman qui mérite toutes les éloges.

Je ne partage pas l'avis de certains lecteurs impatients qui trouvent que le début traîne en longueur. Non, il faut prendre le temps de rencontrer ces personnages tellement attachants, prendre le temps de respirer cette atmosphère, prendre le temps de lire tout simplement.

 

 

 

 


 

"La peine du Menuisier" de Marie Le Gall.

 Voici un livre qui m'a bouleversée pour ne pas dire obsédée. Je suis incapable d' en conseiller la lecture. 

  Je ne l'ai pas acheté au hasard: bien sûr, en premier lieu, le nom de l' auteur m' a attirée et ensuite cette quête de Marie Le Gall pour percer le secret de son ascendance... (J' ai sans doute imaginé que j'y trouverai des réponses à mes questions.)

Ce roman décrypte la complexité d' une relation père-fille dans une atmosphère lourde où il n' est question que de morts, de deuil, de silences, de non-dits.

 


 

 

                            

 

 "La délicatesse"de David Foenkinos.

  Un petit livre à lire entre deux... Les personnages sont charmants assurément, délicats? Peut être... Cette lecture agréable ne restera qu'un moment dans votre mémoire.

 

 

 

 


"Passe un ange noir" d'Anne Bragance.

   Un court roman dans lequel les personnages guérissent de leur malheur car la plume d'Anne Bragance est délibérément positive.  La vie est pleine de bonnes surprises, de rencontres heureuses... Ce vieux monsieur et cette lycéenne impertinente...Cette voisine boulimique, ce chauffeur de bus... Je vous laisse lire la quête qu'ils vont mener, les confidences qu' ils vont échanger et vous aurez le plaisir de découvrir ce roman plein d'humanité et d'espoir.

  

 

 

 

 


"La théorie des cordes"

                       Un roman que je n'ai pas eu le courage de terminer: arrivée aux 2/3 j' ai abandonné, je trouvais l' ambiance un peu lourde et l'action me semblait trop lente.(En plus,les personnages ne m'étaient pas sympathiques...) La projection dans le temps et cette façon de "voyager" dans le passé m' intéressaient pourtant beaucoup.

 

 

 

 

 


 

 "Où j' ai laissé mon âme" de Jérôme Ferrari.  

 

 

 Comment un jeune résistant, arrêté et interrogé en 1944, puis déporté, peut-il devenir lui-même tortionnaire ?

Roman métaphysique puissant, porté par une écriture forte, "Où j'ai laissé mon âme" est un roman courageux et fondateur. Courageux parce que Jérôme Ferrari y aborde sans concession ni complaisance un sujet brûlant et tabou, celui de la guerre d'Algérie.

 

 


 

"Parle leur de batailles, de rois et d' éléphants"de Mathias Enard

      

 Embarquez vous pour  Constantinople en compagnie de Michel-Ange (rien de moins). C'est une histoire très bien écrite qui éveille tous les sens. Il est question d'art, d'amitié, d' amour, de trahison... C'est un très beau voyage!

 

 

 


  

 "Tom petit Tom tout petit homme Tom" de Barbara Constantine.

      Un livre à mettre entre toutes les mains: la rencontre entre un petit garçon de 11ans, obligé de grandir trop vite et une vieille dame de 93ans... Tous les personnages sont délicieux.

Roman plein d'humanité et d'humour qui vous donne envie de lire les précédents livres de Barbara Constantine. (ce que j' ai fait bien sûr.)

 

 

 


 

"A Mélie sans mélo" de Barbara Constantine.           

 

        Encore une relation enfant-dame agée. Une petite fille vient passer ses vacances chez sa grand- mère... (et quelle grand-mère!!!) Je n' en dis pas plus, c'est un vrai régal !

   Une grande bouffée d' air frais: l'occasion de passer un moment avec des personnages à la René Fallet.

 

 

 


 

"Purge"de Sofi Oksanen.

 

   Un beau roman, inspiré de l'Histoire, c'est une tragédie familiale qui pose plusieurs questions:        

  peut-on vivre en pays occupé sans se compromettre?

  quel jugement porter sur ces actes de trahison, de collaboration a posteriori?

 Vous ne sortez pas indemne de la lecture de ce livre bouleversant ... 

 

 

 


"Un crime dans le quartier" de Suzanne Berne.

 

 

     Ce premier roman de Suzanne Berne me donne envie de lire le suivant: c'est déjà dire que j' ai eu plaisir à  retrouver chaque soir (oui, je lis plutôt le soir) les personnages de cette histoire. Est-ce un roman policier? Le titre semble l'indiquer mais... il y a un mais: car il est peu courant d'évoquer un crime sans parler de l' enquête... Ne cherchez pas le résumé sur internet car tout est dit et finalement cela gâche le plaisir. C'est un livre qui parle de la vie, aux USA en 1972, dans un quartier de la banlieue de Washington, où résident des familles "ordinaires". Un crime y est commis et les réactions des gens sont vues par une petite fille de 10 ans. L'analyse psychologique de cette fillette en désarroi est rendue avec finesse. Suzanne Berne se situe dans une simple, tendre et mélancolique peinture des petits faits vrais et aussi dans des réminiscences douloureuses de l'enfance... J' ai noté une absence d'amour maternel et filial (ce qui m'a dérangée.)

 


"Le verdict du plomb" de Mickaël Connelly.

 

                    C'est de ce roman que nous parlerons, en décembre, au cours de la réunion "livres échanges " dans mon quartier très dynamique !!! C'est pourquoi j'ai retrouvé cet auteur américain qui écrit de vrais romans policiers... J'avais déjà beaucoup apprécié "le poète" du même auteur. Je ne dirai qu'une chose: j' ai beaucoup aimé! (je réserve mes commentaires pour le cercle littéraire des amateurs ... de mon book-club.)

      Voici juste de quoi il est question:

      L' avocat Mick Haller, après deux ans de soins, hésite à reprendre du service quand il se retrouve à la tête du cabinet de son ami l'avocat Vincent assassiné.Du coup, Haller hérite d'une énorme affaire, la défense de  Elliot , un magnat du cinéma accusé d'avoir tué son épouse et l'amant de cette dernière.
                    Alors qu'il se prépare pour ce procès qui pourrait faire de lui une célébrité, il découvre que lui aussi est en danger. Entre alors en scène l'inspecteur Bosch, qui, comme à son habitude, est prêt à tout, y compris à se servir d'Haller pour arrêter le meurtrier de Jerry Vincent. Mais, les enchères montent et tous deux comprennent que, malgré ce qui les sépare, ils n'ont pas d'autre choix que de travailler ensemble...

 

 


"Le temps de la sorcière" de Arni Thorarinsson.

                      J' ai découvert un nouveau polar polaire !  l’intrigue policière est plutôt mince. Amateurs de flics désabusés et de serial killer passez votre chemin. C’est de polaire qu’il est question ici. Une véritable enquête sur les Islandais en Islande. Intéressante découverte de la vie quotidienne de nos lointains voisins polaires.(Mais pour ma part,je préfère le voyage en compagnie d'  Arnaldur Indridason ! ) Einar, le héros d’Arni Thorarinsson, est un journaliste. Un journaliste envoyé en punition dans la « province islandaise ». Oui, car il y a une « province » en Islande...

  Je me suis fait violence pour finir ce livre que j' avais envie d'abandonner !

 

 

 

 


 

"La chambre des officiers" de Marc Dugain.

 

 

     Sorti en 1998, ce premier roman de Marc Dugain a reçu des prix littéraires bien mérités ! Inspiré par le vécu de son grand-père, l'auteur écrit une histoire émouvante qui donne à réfléchir...

 

 

     " Je n'étais pas préparé à cette brutale promiscuité des transports parisiens, et mon premier réflexe fut de fuir les regards des gens, dans lesquels je croyais lire un mélange de pitié, de compassion et de gêne.[...] Le regard de mes concitoyens me donnait à penser qu'ils n'étaient pas encore prêts à nous accepter."

     Comment envisager l'avenir et comment vivre quand on a perdu son visage? Quelle image de soi le regard des autres nous renvoie-t-il  ? Quels problèmes d' identité surgissent quand nos proches ne nous reconnaissent plus ?

 

     VOUS L'AVEZ COMPRIS:  J' AI BEAUCOUP AIME CE ROMAN .

 

 

 


 

"Une forme de vie" de Amélie Nothomb.

 

 

     Comme toujours, Amélie Nothomb nous raconte une histoire peu crédible. Elle choisit le mode épistolaire dans ce dernier roman (et j' avoue que j' ai un petit faible pour ce style). Beaucoup de lecteurs lui reprochent de parler d'elle et de se rendre attachante... mais pourquoi pas ? On reproche rarement à un peintre de faire son autoportrait.

    L'échange de lettres se fait entre un soldat américain en Irak depuis 6 ans et Amélie elle même. Lisez ce roman si vous avez l'intention d'écrire un jour à Amèlie car elle nous dit tout ce qu' elle ne souhaite pas recevoir dans son courrier. Si vous pouvez l' emprunter: n'hésitez pas. Si vous devez l'acheter: réfléchissez !

 

 

 

 


J' ai voulu lire les deux romans de Marc Dugain, l' un à la suite de l' autre et je suis persuadée que c'est ce qu'il faut faire...

L'un évoque " l'est " et l' autre "l'ouest " . L'un le KGB, l'autre le FBI...

 

"Une exécution ordinaire" de Marc Dugain.

     Au début de ce roman nous sommes avec Staline dans une ambiance qui nous fait froid dans le dos...  C'est encore une histoire inspirée de faits réels mais cette fois nous sommes "à l'est" et l'auteur évoque la Russie contemporaine.  En août 2000 un sous-marin nucléaire s'abîme en mer de Barents ! Vous vous en rappelez ? Marc Dugain nous donne son point de vue à ce sujet et on ne peut, ici encore, s'empêcher de se dire "et Si c'était vrai... !!! "

 "La malédiction d' Edgar" de Marc DUGAIN.

     La vie d'Edgar Hoover est "livrée", dans ce roman, par son amant Clyde Tolson qui est le narrateur. Souvenez-vous Edgar Hoover était à la tête du FBI de 1924 à 1972 ! Bien placé pour traquer les plus grands des Etats-Unis, il ne s'est pas gêné pour pénéter jusque dans leur intimité... Les événements sont réels et les personnages apparaissent sous leur vrai nom: on se laisse facilement aller à croire tout ce que nous dit Marc Dugain (qui s'est très bien documenté). Là encore, on a froid dans le dos. Cela n'est-il qu'une fiction ???

Attention !!! Si vous aviez une image propre des Kennedy, que ce soit le président ou son épouse, vous allez être déçus... TRES !

 


"A l'angle du Renard" De Fabienne JUHEL.

Là, je viens vous dire que j' ai aimé ce roman parce qu'il parle des lieux de mon enfance et des gens que j'y ai rencontrés... J' ai l' impression de bien connaître Arsène Le Rigoleur (personnage principal). J' ai retrouvé un langage qui m'était familier, avec des expressions "de chez nous" ! Je vous livre un "morceau choisi" et un petit secret: l'auteure enseigne le français dans ma ville natale...

 "Je suis abonné à La  Vie. A cause de la Mère qui l'était avant moi, à cause de sa mère qui l'était aussi, et de la mère de la grand-mère si ça se trouve. On lit La Vie de mère en fille, en fils aussi. Un hebdomadaire qui donne du sens à l'actualité, c'est écrit quelque part dans le magazine. Un regard humaniste en plus de ça. Humaniste, ça veut dire qu'on a confiance dans l'homme.J'ai vérifié dans le dictionnaire.
Moi, c'est plutôt dans la nature que je placerais ma confiance. Les cycles, les saisons, le bois vert, le bois mort, les fleurs au réveil des abeilles, les naissances des bêtes en avril, les cerises avant les pommes, les pommes avant les châtaignes, bref, c'est bien boutiqué tout ça, je trouve. Et c'est quand les hommes s'en mêlent que ça fout le bordel, toujours."

 

 


 

 

"La tête en friche"

Je me dépêche de finir ce roman de Marie Sabine Roger avant la sortie du film (qui, à mon avis, va connaître un certain succès.) Les personnages y sont truculents et le ton plein d' humour: "Je lui ai répondu oui. Mais vu que c'était un seul oui pour plusieurs questions différentes, elle a compris ce qu' elle a bien voulu. Et je me suis retrouvé avec un père soldat inconnu qui portait le même nom que moi,..."  De lectures en lectures, c'est le pouvoir des livres que Germain explore, qui ouvrent en lui un monde nouveau. Sa vie en est bouleversée et à fréquenter les bibliothèques, même ses conversations de comptoir prennent un tour inattendu et souvent hilarant...

 


 "La loi de la tribu" de Arthur UPFIELD.

 Blanc par son père et aborigène par sa mère, l'inspecteur Napoléon Bonaparte, alias Bony, mène l' enquête au coeur du bush... Voilà un roman qui nous emmène très loin !

Sous le prétexte de l' enquête, ce sont bel et bien les rapports entre les différentes cultures qui sont ici exposés.

 


 

"Chacun cherche un père" de Marcel RUFO.

 Le père, ce héros, condamné à être imparfait et faillible!

Marcel Rufo, toujours empathique, nous explique que les manques,les fragilités paternelles, la "course aux pièces manquantes", sont autant d'outils de construction de l'individu.

Allez savoir pourquoi j' ai eu besoin de lire cet essai ? Merci Carinne... 

Je recommande la lecture de ce livre à tous les jeunes papas... 

  


 "Le coeur cousu" de Carole MARTINEZ.

 Nous sommes au fin fond de l' Espagne du XIXème siècle dans ce premier roman de Carole Martinez. C'est l'histoire étrange de la famille Carasco...

Frasquita est jouée et perdue par son mari, obsédé par les combats de coqs. Elle est rejetée par le village pour l'adultère avec l' homme qui l' a gagnée... Condamnée à l'errance avec ses enfants elle nous conduit dans un conte baroque. Dans cette fable bien écrite, tous les personnages ont un don particulier. Alors que je suis bien "rentrée" dans la magie du livre, j' avoue que j'ai beaucoup moins goûté la fin.

 


 

 "Le jeu de l'ange" de Carlos Ruiz ZAFON. 

David, devenu écrivain talentueux, aurait-il vendu son âme au diable ? Il a accepté le contat d' un étrange éditeur qui lui propose de créer un texte fondateur, sorte de nouvelle Bible : "une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d'être tués, d'offrir leur âme"... Ce roman noir nous entraîne dans une Barcelone des années 1920. Maintenant j' ai envie de lire "lombre du vent" du même auteur car j' ai aimé cette histoire de cimetière des livres ...

El juego del angel, dernier roman de Carlos Ruiz Zafon, a envoûté plus de un million et demi de lecteurs depuis sa sortie en librairies début avril. En Espagne, on parle désormais de «Zafonmania» pour décrire ce phénomène littéraire.

 

 


 

 

"L'histoire d' un mariage" de Andrew Sean Greer.

Nous avons ici, un portait de l'Amérique des années 50 avec une critique de la société raciste, puritaine, pleine de préjugés et de tabous. L'intrigue est surprenante. Il m' a semblé que le livre ne démarrait pas mais au bout d' un moment le mystère de la situation et le changement de rythme  m' ont séduite: j'ai découvert là un beau roman... Un magnifique roman d' amour. (je ne parle pas seulement de l' amour conjugal.)

.

 


  

"La Reine des lectrices" de Alan Bennett.

Figurez-vous que Sa Majesté Elisabeth sait lire !!! Elle goûterait même ce plaisir (re!!!) C' est cette drôle de fiction que nous propose Alan Bennett, maître de l'humour so british... C'est vite lu et cela peut vous donner à réfléchir sur le pouvoir de la lecture.(relatif ici malgré tout.)

 

 

 

 


 

AH! Je viens vous parler de mon chouchou: Arnaldur Indridason !!!  Clin d'oeil

C'est un auteur islandais qui écrit des romans policiers comme personne. Je viens de terminer "Hiver arctique" j' ai a-do-ré: comme les quatre autres... Avec Arnaldur le crime et l' assassin n' ont pas réellement d' importance, l' auteur nous parle de son pays et des islandais c' est édifiant, vraiment. Erlendur mène toujours l' enquête avec la même équipe: ce sont des personnages qui ont du corps. Ils ont leurs fêlures, leurs soucis et on les rencontre dans toute leur humanité. Ils sont devenus des connaissances que j' ai plaisir à retrouver l'espace d' un roman. Dans ce dernier livre le problème traité est celui des imigrés (vous saviez que des gens quittent leurs cocotiers pour espérer une vie meilleure dans la nuit froide du grand nord? ) Arnaldur en profite pour nous parler du racisme et aussi des problèmes de la jeunesse de son pays. Les choses sont dites sans commentaires : au lecteur de juger s' il en a envie ou bien de prendre ça comme une information...

 

 


 

  "La Cathédrale de la Mer" de Ildefonso Falcones est un roman dont l'histoire se passe au moyen âge à Barcelone. L'ascension d'un fils de paysan est ici le prétexte que l' auteur a choisi pour nous plonger dans la violence du XIVème siècle. Rien ne nous est épargné: droit de cuissage, peste, inquisition, trahisons... Par contre, le personnage, humaniste et philanthrope, est des plus attachants (surtout dans son enfance.)  C' est un roman qui nous renseigne sur l'histoire catalane, sur le pouvoir et les abus des riches ainsi que sur les manigances de la religion ! La place de la femme dans cette société est décrite sans concession (je me demande si les choses ont tellement changé...  je veux dire pour le tout!)

 


 

  "Les vivants et les ombres" de Diane Meur. Je ne le termine pas car je suis à la page 337 et je m'ennuie un peu... Eh, oui, il y a des romans qui plaisent moins. (pourtant celui-ci m'amusait par sa forme: la narratrice est la maison dans laquelle l'histoire se passe, le début me plaisait beaucoup et puis "flop").

 

 

   Par contre je peux déjà vous parler de "TCHOUPI FETE SON ANNIVERSAIRE", je l' ai lu.   Comme toute lecture est édifiante j' y ai appris que, quand mon petit fils aura 3ans, il invitera ses amis pour fêter son anniversaire, ils mangeront un gâteau, ils feront les fous et il ouvrira ses cadeaux: ce sera une belle journée!!!

Bon, personnellement j'ai préféré lire "LES MOTS DE ZAZA" celui là, je vous le recommande (tiens, je vais le relire...).

 


 Plus sérieusement:

Comme tout le monde, l'été dernier j' ai lu "LE &nb

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site